L’importance de Choisir son Chien… Pour sa Personnalité

do-dogs-dream

Les toutous ne sont pas tous identiques

Depuis que Caroline et moi avons ouvert le café, on vous écoute raconter l’histoire de vos chiens. Vous nous racontez comment vous l’avez choisi, pourquoi vous préférez une race plutôt qu’une autre… Vous nous racontez les coups de foudre à l’animalerie et les adoptions au refuge canin. Nous écoutons vos histoires avec fascination, par ce que nous aussi, nous avons vécu ces moments hauts en émotions : l’excitation de la recherche du « parfait chien: pour nous ».

Depuis l’ouverture du Doggy Café, nous avons appris énormément sur les chiens. En fait, pas seulement sur les chiens, mais aussi sur les humains derrière ces chiens. Même si je passe mes journées à parler de chiens, je me retrouve régulièrement démunie devant de nouvelles informations-canine, sans comprendre « comment se fait-il que je ne savais pas ça? » !

C’est fou comme l’information sur les chiens est manipulée, mal vulgarisée, disparate et transformée, par la culture populaire. Même si vous arrivez à vous frayer un chemin dans la mer d’information canine, il y a de grandes chances que l’information qu’on vous passe soit enrobée de gros sucre à la crème d’euphémisme et que vous, et moi, n’aient pas compris comment lire entre les lignes, avant qu’il ne soit trop tard : Il n’y a pas de standardisation dans l’univers canin.

Avant d’ouvrir le café, je croyais naïvement qu’un chien, était un chien. Qu’avec la bonne éducation, ils avaient tous le même potentiel et que, d’ordre général, ils étaient comme des petites éponges qui se modèlerait à l’éducation que leur parent-adoptif-humain allait leur offrir. J’avais tord. Même si, d’une certaine façon, il y a une petite partie de vérité dans mon hypothèse générale, il y a aussi une grande part de naïveté.

Nous avons ouvert le café dans le but d’offrir une meilleure visibilité aux chiens. Ce qu’on réalise maintenant c’est que si les gens étaient mieux informés au moment de la sélection du chien, les matchs humain-canin pourraient être beaucoup plus fructueux. Pour que les matchs chien-humain soient des matchs parfaits, il faut qu’ils soient basés sur des choix éclairés. Trop souvent, ce n’est pas le cas.

Match Making Guide pour Humain et Chien

Le Puppy

puppy-wallpaper-free-downloadLe choix naturel, pour la plupart des gens est de choisir un jeune chiot. Un bébé chien mignon qu’on pourra élever nous même, en famille, à notre image. Ils sont magnifiques les bébés chiens avec leurs grands yeux, leur poil fluffy et leur tête trop grosses pour le reste de leur corps. Ce que tous les bébés ont en commun, c’est leur attitude de bébé. C’est fort difficile de détecter des différences de personnalité chez les chiots. Comme chez les humains, avant 6 mois, soyons honnêtes, les bébés, ça se ressemble.

Alors comment fait-on pour choisir le bon chiot?

La plupart des gens choisissent le premier chiot qui vient vers eux. Ils disent, « Regarde Chérie, il m’a choisi, il m’aime ». Souvent, cet instant marque le temps. Il représente le tipping point qui fait que toutou va éventuellement vous appartenir.

Bien que les bébés soient sensiblement similaires et qu’ils soient vraiment difficile de les dkid-training-jumping-puppyifférencier, un aspect de cette situation est important de noter : le premier bébé qui est venu vers vous, le premier bébé chien qui a osé approcher l’inconnu dans la pièce, est probablement le chien le plus courageux, entreprenant et extraverti de sa portée. À 3 mois, toutes ces qualités sont bien attachantes, par contre, en vieillissant, si elles sont mal encadrées, vous risquez de vous retrouver avec un chien exubérant, difficile à éduquer et qui cause des maux de tête.

Pensez-y : Bébé Berger allemand pèse 6 livres. Il est le premier à être venu vers vous, à grimper sur vos genoux sans même vous connaître. Après vous avoir connu moins d’une minute, il grimpe dans vos bras et vous lèche le visage. Il n’a que quelques semaines… Comme il est entreprenant!           Imaginez à 80 lbs quand Berger allemand adolescent accueille les invités dans votre salon de la même façon : En moins d’un instant, il est au bout de sa laisse, prêt à sauter sur chaque humain qu’il voit. Il saute, met ses pattes sur les épaules des inconnus (maintenant il a de grosses griffes douloureuses), il a aussi développé une très grosse voix bien épeurante et très mal perçue, par notre société. Parce qu’on ne le laisse pas faire, il s’étrangle lui-même au bout de sa laisse et fait des sons gutturaux qui effraient la majorité des gens. Vous comprenez où je m’en vais avec cette histoire. Je ne parle même pas d’un chien agressif, je parle d’un jeune chien qui ne peut pas comprendre pourquoi ce qu’il fait est mal, parce que jusqu’à tout récemment, on, les humains, couinaient de bonheur quand il faisait quelque chose du genre. On l’a même justement choisi par ce qu’il a exactement accueilli son humain de cette façon…

Le look « petit, bébé et fluffy » ça ne dure que quelques semaines, ensuite ça disparaît pour toujours. Je n’ai jamais compris pourquoi les gens choisissaient leurs chiens selon l’apparence des chiots d’une race. Je n’arrivais pas à mettre le doigt sur ce qui me chicotait. Jusqu’à cet hiver, dans un épisode de Pitbulls and Parolees dans lequel un personnage a exprimé mon sentiment très clairement :

« Bien que je trouve les bébés chiens bien mignons, je ne m’attache pas à eux. On ne peut pas voir la vraie personnalité d’un bébé chien. Ils sont tous pareils. Par contre, lorsqu’on choisit un chien adulte, on sait dans quoi on s’embarque, on voit leur vraie couleur »

On rencontre plusieurs « Princesse » qui ont été achetées lorsqu’elles avaient 2 mois et ressemblaient à un nuage. Quand Princesse grandit, qu’elle est un peu salle et que sa vraie personnalité commence à ressortir, votre fille de 5 ans à qui vous aviez offert Princesse pour Noël commence à trouver que Princesse ressemble à un crapaud et n’a plus vraiment envie de jouer avec elle. Ce sont dans ces situations déplorables que Princesse est à risque de se faire abandonner, et c’est très triste pour Princesse ainsi que pour sa famille.

8069651165_7230b094bb

c3772f507331b2ceed6ae84f602e50e4Certainement que si les propriétaires de Princesse l’avait vu à l’âge de 1 an au même magasin, assez vieille pour que sa personnalité soit visible, ils n’auraient jamais été intéressés par elle ! Ils n’auraient jamais acheté Princesse, par ce qu’ils auraient vu que Princesse avait une personnalité de Raptor. Par contre, tous les bébés ont l’air gentil, doux et parfait pour nous… Mais ce n’est pas la réalité, c’est un mirage qui ne dure que quelques semaines.

Plusieurs sites expliquent très bien comment choisir un bébé chien. Pour ma part, je vous dirais que ce n’est peut-être pas la meilleure idée, de choisir son chien lorsqu’il est encore si jeune ; Je passe mes journées à voir des chiens, et des propriétaires de chiens, qui vivent de belles histoires d’amour … et d’autres qui vivent une dure vie à mal s’entendre et mal se comprendre…

Ce n’est pas la taille qui compte

Great_Dane_and_Chihuahua_small

Petit chien vs gros chien. Personnellement, j’adore les grands chiens. Néanmoins, je peux faire la part des choses et comprendre qu’un grand chien, avec une forte mâchoire, ce n’est pas idéal pour tout le monde. Par contre, ce que trop peu de gens réalisent, c’est que les petits chiens n’ont certainement pas tous une personnalité « de mignon petit chien ». Être tout petit dans un monde de géant, ça peut faire bien peur. Être tout petit et qu’on passe sa vie à se faire approcher trop-vite-trop-souvent par des étrangers mal polis, ça use la patience. Être tout petit et avoir été reproduit dans des conditions moins qu’idéales par ce que sa grandeur fait qu’on est trop en demande, ça fait des boules de nerfs avec des névroses.

Les touts petits sont ceux avec lesquels on a le plus de difficulté, au café. Ce sont ceux qu’on a laissé japper toute leur enfance, ceux qui sont tellement à bout de nerfs par ce qu’ils se font tripoter par trop de gens, trop souvent, sans qu’on réalise que ça leur déplait. Ceux qui ont des problèmes de marquage sérieux par ce qu’on les laisse faire pipi à l’intérieur ou bien par ce que l’univers des grands les stress beaucoup trop et que leur seule façon de laisser un peu de stress sortir est de lever la patte toutes les 2 secondes, pour marquer. C’est triste.

Je suis certaine que durant votre magasinage pour un tout petit, vous imaginez la mignonne personnalité qui va avec. Pourtant, c’est rarement la réalité.

Parlant de « petite » boule de poil. Souvent, les gens pensent que « Petit = Gentil » et que « Grand = Méchant ». Cette idée d’humain est vraiment sincèrement fausse et crée beaucoup de problèmes.

matin

Dans le même ordre d’idée, quoi que cette situation se produise moins souvent, les grands chiens qui ont l’air féroce ne sont sincèrement pas tous féroces. Ils n’ont aucune idée qu’on leur trouve l’air méchant. Les plus gros chien sont souvent les plus calmes, doux et pantouflards. C’est comme si grandir leur avait demandé tellement d’effort, qu’ils n’avaient plus d’énergie pour le reste des choses de la vie. Faites la rencontre d’un Matin de Naples et vous verrez ce que je veux dire, avec leur 200 lbs de gros surplus de peau, visuellement, ça devrait entrer dans le stéréotype du chien le plus féroce, par contre, marchez 20 mètres avec eux et vous verrez que dans leur tête à eux, ils viennent de courir un marathon. Chaque pas semble demander beaucoup d’effort. Leur activité préférée est de faire une grosse sieste. Mon voisin en avait un ; tous les jours on le voyait essayer de convaincre son chien de faire quelques pas, sans jamais beaucoup de succès, et ça alors qu’il était seulement âgé de 4 mois, soit l’âge ou tous les autres chiens font des bêtises et ont une tonne d’énergie.

Faire le bon choixman-dogs-best-friend

Mon souhait est de voir de plus en plus de bons matchs humain-chien. Des matchs qui font que les familles d’humains trouvent un chien qui complémente leur mode de vie. Des matchs qui font que les chiens sont heureux et épanouis.

Bien que je préfère un chien avec un niveau d’énergie bas, ce n’est peut-être pas votre désir. Par contre, la première question à se poser au moment de choisir un chien est la suivante : Quelle est la personnalité canine idéale pour ma famille ? Je suis certaine qu’il y a plus qu’une race qui vous plait. Avant d’aller acheter une boule de poil, prenez le temps de faire une recherche sur les qualités intrinsèques de cette race. Un super point de départ est les capsules Dog 101 disponibles sur Youtube. Elles sont construites de façon à décrire les races de chiens selon leurs caractéristiques comportementales distinctes du point de vue du futur maître. Bien qu’il faille lire entre les lignes, par ce que « ce qui peut être un point faible pour vous peut-être idéal pour une autre famille », elles sont géniales.

Ceci est un euphémisme

naughty

Quand on fait des recherches sur les différentes races de chien, soyez assuré que chaque race sera décrite dans les termes les plus flatteurs, fait pour vous enchanter. On emballe les points négatifs de certaines races de chien dans des paquets cadeaux qui ont l’air joli pour vous donner envie. Chaque chien peut trouver son humain parfait. Chaque qualité pour vous, peut être un défaut pour une autre famille. Chaque point faible selon vos critères pourrait être exactement ce qui fera qu’une autre famille sera très heureuse de construire sa vie avec une telle race. Il est donc important que vous sachiez lire entre les lignes des descriptions canines et prendre les avertissements au sérieux.

Voici un petit guide des euphémismes utilisés pour décrire les races de chien, ainsi que ce que nous arrivons maintenant à comprendre, après avoir passé de nombreuses heures avec vous, vos chiens et pour ensuite s’être retourné afin de rechercher la race sur Internet en se disant “mais voyons, je ne croyais pas qu’ils étaient comme ça” !

Un chien « busy »

Ce terme est employé en anglais plus qu’en français, pourtant il est primordial de comprendre ce que « busy » veut dire ! On l’utilise pour décrire les chiens qui ont une « personnalité de travail« . Ce chien qui est souvent moins incliné vers les câlins est TOUJOURS en mode alerte. Il ne voudra pas se coucher à vos côtés et est susceptible d’avoir bien des obsessions. Il sera toujours à la recherche de quelque chose à mâcher, à chasser, à alerter. Il est comme le lapin d’Alice au pays des merveilles, toujours « en retard, en retard en retard » on ne sait pas il est en retard pour quoi, mais il court sans jamais s’arrêter. Ce chien vous donne le tournis rien qu’en le regardant, vous serez épuisé de le voir sans arrêt s’agiter, faire le guet et vous avertir de chaque chose vivante (ou inerte) qui lui passe sous les yeux.

Un chat-chien

Ce terme, bien qu’il signifie que le chien adore dormir en boule sur le canapé, est utilisé plutôt pour indiquer que le chien est très peu intéressé par le contact humain, il est dans son propre monde et démontre très peu d’intérêt pour votre affection ou pour ce que vous demandez de lui. Pour lui, vous êtes l’obstacle qui tient la laisse et il n’attend que de pouvoir s’échapper.

Un chien prompt aux maladies

Sortez votre portefeuille, par ce que vous deviendrez le meilleur client du vétérinaire! Si vous êtes sur un budget serré, attachez votre tuque. D’ordre général, le chien qui risque d’être en meilleure santé, est le bâtard. Son mix génétique est varié, ce qui lui donne de meilleures chances d’être en santé. Le chien au look très particulier, super stylé, réduit en taille avec une immense tête et un petit corps court sur pattes, il n’est pas arrivé magiquement et il n’est pas équipé pour survivre seul au climat québécois. Par exemple : les bulldogs doivent accoucher par césarienne, car la tête de leur bébé est simplement trop grosse pour sortir. Plusieurs chiens sont vulnérables aux problèmes de hanche et de nombreux autres ont de graves difficultés respiratoires. Imaginez la facture du vétérinaire. Êtes-vous à l’aise de la payer?

Lexique des Euphémismes

Quand on vous averti qu’un le chien est (très actif, a besoin de beaucoup d’exercice, a tendance à marquer son territoire, est têtu) dites-vous que bien que ceci ait l’air d’un léger avertissement, c’est qu’on fait preuve de politesse! C’est souvent bien plus sérieux que ça en a l’air !

doxieshamefinal

Par « très actif » on veut dire « hyper actif, boule de nerf, rien ne le calme »

Par « à besoin de beaucoup d’exercice » on veut dire « s’il ne joue pas intensément avec vous durant plus de 30 minutes chaque jour en plus d’une bonne marche au soleil et d’un entrainement rigoureux, il va détruire les meubles de votre salon ».

Par « tendance à marquer son territoire », on ne parle pas de faire pipi sur quelques arbres, on veut dire « marque en levant la patte sur tous les coins de votre maison et de la maison de tous vos amis (et du doggy café) »! Je vous jure qu’on m’a déjà dit : « Je suis très fière par ce que maintenant que mon chien est vieux, je n’ai plus à tapisser la totalité de mon plancher de pipi pads, j’ai seulement besoin de couvrir les rebords de tous mes murs! »

Par « têtu » on veut dire que si Brutus a décidé qu’il voulait entrer dans la cuisine, il va s’entêter durant 45 minutes, même si vous passez l’entièreté des 45 minutes à essayer de le convaincre de faire autre chose. S’il l’a décidé, il ne changera pas d’idée. Maintenant, essaye de convaincre Brutus d’aller prendre une marche « maintenant » par ce que vous devez quitter la maison, sinon vous serez en retard au boulot. Une propriétaire de chien que j’adore m’expliquait que son chien « têtu » a 1 seul endroit favori pour faire caca. S’il n’est pas sur « son endroit à caca », il n’y aura pas de caca. Aucun, jamais. Refus global. Ça a l’air comique quand on s’imagine que le “spot à caca » est devant la maison… Mais dans son cas, le « spot à caca » est à 20 minutes de marche ! À -40 en hiver, c’est rough !

L’impact de la race

Quand nous avons ouvert le café, je croyais que « tous les chiens étaient des chiens » et que leur tempérament était un reflet de l’éducation qu’on leur avait donné. J’avais tort ! Bien qu’une partie du comportement d’un chien puisse être influencée par l’éducation qu’on lui donne, environ 70% de sa personnalité est innée à l’individu qu’est votre chien. Comme les humains, les chiens ont différents traits de personnalité, et même avec beaucoup de travail il y a des aspects de la personnalité d’un chien qui sont difficiles, voire impossible, à modeler selon nos désirs. Là réside l’importance de mettre toutes les chances de votre côté au moment de la sélection votre futur chien.

J’en suis consciente, une grande partie du choix de votre chien est certainement basée sur l’apparence. On a le coup de foudre pour un chien mignon ou une race qui nous plait esthétiquement et ensuite, on cherche à adopter un chien de cette race. Par contre, une des premières choses qui m’a frappée au café est la puissance de la génétique. J’ai eu de la chance, car les races qui me plaisent visuellement ont des personnalités qui concordent avec la mienne. Personnellement, j’ai toujours cherché un chien calme, avec un niveau d’énergie faible, qui veut et prend plaisir à se faire flatter. Je suis bien consciente qu’un chien qui a envie de chasser la balle plusieurs heures par jour, ce n’est pas pour moi.

Je rencontre beaucoup de clients qui ont les mêmes désirs que moi, soit un compagnon respectueux au tempérament calme et qui sont tombés en amour esthétique avec une petite boule de poil… Laissez-moi vous dire que quand la boule de poil s’est mise à grandir, à creuser des trous, à japper sur tout ce qui bouge et que cette boule de poil ne porte aucun intérêt pour les câlins, ces clients sont bien mal à l’aise.

aust

C’est long une vie de famille 10-12 ans pris avec un chien qui ne nous correspond pas, par ce qu’on a craqué pour une petite boule de poil à l’animalerie… C’est long et injuste pour la boule de poil aussi. Il ne sait pas qu’il est mignon et fluffy ! Souvent dans sa tête de chien, il se sent grand, fort, viril . S’il avait pu choisir son propre nom, il se serait nommé “Hulk ». Il n’en a rien à faire de nos moments de calme devant la télévision. Il ne peut pas comprendre que notre perspective d’humain le voie autrement. Il n’a pas envie d’être l’oreiller de la famille et ce n’est pas juste de lui imposer un tel rôle !

Je parle beaucoup des côtés canins que je considère complexe à gérer. Il faut comprendreDEC_32361 que c’est mon point de vue personnel. Il y a certaines caractéristiques canines qui me plaisent moins que d’autres.  Par contre, ce qui est un deal breaker à mes yeux, peut être un point fort aux vôtres. Si vous voulez entrainer un chien de recherche ou un chien de police et que vous choisissez un chien terrifié de son ombre, qui fatigue rapidement au soleil, sa carrière et la vôtre risque d’être courte.

Vous cherchez un compagnon pour votre appartement et vos voisins sont intolérants : Évitez les Hounds qui howl-basset-houndhurlent chaque fois qu’ils voient une « proie ». Dans leur tête de Hound-urbain, une proie peut être un kleenex, un piéton, un autre chien, un écureuil sur le fil, une voiture qui passe devant la maison, le tiroir de la cuisine qui squeek et bien d’autres…  Par contre, si vous êtes un chasseur et que vous sélectionnez un Hound, c’est un match parfait! Vous pourrez l’entrainer au travail, il va vous alerter lorsque la proie est en vue. Ce sont des qualités désirables pour le chasseur, mais pour la famille montréalaise, ça peut s’avérer complexe…

Je ne veux pas réduire les chiens à une seule facette de leur personnalité, ils sont bien plus qu’une seule facette. Par contre, il faut être conscient de la caractéristique dominante de leur race. La « raison pour laquelle ils ont été reproduits » est non-négligeable et dans la plupart des cas, aura un sérieux impact sur la personnalité, les désirs et les passe-temps de votre animal. Si une caractéristique principale d’une race est à l’opposé de ce que vous recherchez chez un chien, cette race n’est probablement pas idéale pour votre famille.

Je ne dis pas qu’il est impossible de trouver une personnalité x à travers les nombreux individus d’une race y. Par contre, vos chances sont grandement réduites. D’autant plus si vous choisissez votre chien lorsqu’il est encore chiot. Dans l’éventualité où vous êtes mordu d’une race en particulier et que vous ne pouvez pas vous retenir de vous en procurer un, la meilleure façon de mettre les chances de votre côté est de choisir un chien adulte.

Je sais, ce n’est pas votre désir, vous voulez le bébé. Mais pensez-y : Est ce que vous demanderiez au beau garçon que vous voyez dans la rue d’emménager, chez vous, demain matin? Oui, il est magnifique, mais vous n’avez probablement rien en commun. Sans avoir rencontré cette personne, vous n’avez aucune façon de savoir s’il est un bon match pour vous. Mieux encore, si l’aviez vu à l’âge de 6 semaines, est ce que ce serait un bon indicateur de sa personnalité à l’adolescence ? ou 20 ans ?  Certainement pas!

Heureusement, on peut rapidement connaître la personnalité d’un chien. Ils grandissent très vite et arrivent à l’adolescence rapidement. Attendre de choisir un chien qui a au moins 6 mois fait toute la différence. Déjà à cet âge, on en connaît beaucoup plus.

Disclaimer 1378023778284093

Il y aura toujours des exceptions, à travers tous les aspects de ce que je raconte et suggère. Il n’y a pas de certitude et on ne peut rien garantir quand on essaie de découvrir des lignes directrices dans les races ou de décortiquer les personnalités. Par contre, je crois sincèrement que mieux nous sommes informés, mieux nous sommes équipés pour comprendre, faire des bons choix et éventuellement être heureux. J’adore les chiens, ils me fascinent et m’inspirent. Grâce au café, j’ai l’opportunité de passer mes journées à me renseigner, m’instruire et tenter de toujours mieux comprendre ces merveilleuses bêtes. Je ne souhaite ni briser votre cœur, ni vous décourager, mais je souhaite sincèrement vous voir heureux avec vos compagnons, c’est pourquoi je prends le temps de vous raconter nos aventures, nos réflexions et les petites victoires de compréhension qui sont parfois si complexes à atteindre.